Moteur de Recherche dans l'Industrie Pharmaceutique [websites sélectionnés]

Loading

Archives du blog

jeudi 28 octobre 2010

Transparence : l'HAS publie les chiffres des aides versées en 2009 aux associations par les industriels de santé

Haute Autorité de Santé (HAS)26 octobre 2010 - Déclarations des aides versées aux associations par les industriels de santé : la HAS publie les chiffres pour 2009 -
La Haute Autorité de Santé (HAS) a, depuis la loi Hôpital Patients Santé Territoires, la mission de collecter et publier les déclarations des aides versées par les industriels de santé aux associations de patients*. Pour la première fois, ces données sont rendues publiques et accessibles à tous sur le site de la HAS. Sur cette base, les industriels de santé ont déclaré avoir versé 5,1 millions d’euros à 308 différentes associations de patients.
Depuis 2010, les entreprises fabriquant et commercialisant des produits de santé doivent déclarer la liste des associations de patients qu’elles soutiennent ainsi que le montant des aides qu’elles leur ont attribuées. Cette nouvelle obligation légale [Article L 1114-1 du CSP (article 74 de la loi HPST du 21 juillet 2009)], pour laquelle la HAS s’est vue confier la responsabilité de collecter et publier les données des industriels, répond à un objectif de transparence dans les modes de financement des associations. Les industriels de santé avaient du 3 mai au 30 juin dernier pour déclarer sur le site de la HAS les aides versées à ces associations au titre de l’exercice 2009. Quatre-vingt une déclarations ont été enregistrées, dont celles des dix plus grands laboratoires mondiaux du secteur du médicament, secteur qui représente à lui seul 94,6 % de l’ensemble des aides déclarées.

aides des industries de santé aux associations de patients en 2009
cliquer sur l'image pour l'agrandir

5,1 millions d’euros versés à 308 associations

Le montant total des aides déclarées atteint 5,1 millions d’euros versés à 308 associations de patients différentes. La plus grande partie de ces aides (90 %), a été accordée sans contrepartie économique. Parmi les soixante-douze industriels ayant contribué au financement des associations de patients - neuf déclarent n’avoir versé aucune aide -, le nombre d’associations soutenues varie d’une à trente-neuf. Ces données sont téléchargeables sur le site de la HAS dans leur intégralité, ainsi que détaillées par industriel et par groupe industriel, comme par association et fédération d’associations. Enfin, compte-tenu des premiers éléments de bilan, la HAS propose des adaptations du dispositif relatives à la définition des associations, au périmètre des aides et à l'absence de sanction.

*Une consultation des parties prenantes, industries et associations, s’est déroulée du 9 au 17 novembre 2009. Pour l’industrie, les principaux syndicats professionnels ont été auditionnés : Les Entreprises du Médicament (LEEM) représentant le secteur pharmaceutique, le Syndicat National de l’Industrie des Technologies Médicales (Snitem) et le Syndicat de l'Industrie des Dispositifs de Soins Médicaux (Appamed), la Fédération des Industries de Santé (Féfis), ainsi que le Syndicat de l’industrie du diagnostic in vitro (SFRL) ; pour les associations de patients et d’usagers, ont apporté leur contribution le Collectif Interassociatif Sur la Santé (CISS), l’UFC Que Choisir et le Collectif Europe & Médicament.

mercredi 27 octobre 2010

Hays Pharma : analyse trimestrielle de l'emploi dans l'industrie pharmaceutique, septembre 2010

Groupe Hays pharmaSeptembre 2010 : l'analyse trimestrielle de l'emploi dans l'industrie pharmaceutique par le Groupe Hays.

Quels sont les changements notables depuis l’analyse de juin ?
Il y en a peu. Le principal changement est la nette reprise des offres d’emploi depuis début septembre et ce, pour tous types de profils. La plupart de ces opportunités concernent des contrats de travail de courte durée (travail temporaire ou bien CDD). Les CDI sont principalement proposés par les partenaires de l'industrie pharmaceutique tels que les CRO, les sous-traitants et les façonniers. Les laboratoires, plus prudents ces derniers mois, proposent des contrats en CDI au compte goutte.Du côté des candidats, le nombre de candidatures a augmenté, comparé au deuxième trimestre 2010. Néanmoins, le taux de réponses aux annonces reste inférieur aux niveaux constatés en 2009.

ZOOM METIER : Médecin médico-marketing sept 2010 Hays
cliquer sur l'image pour l'agrandir

Quels sont les profils les plus recherchés ?
Même si les candidats semblent moins frileux à l'idée de changer de structure, les postes restent toujours difficiles à pourvoir. Les profils les plus recherchés restent ceux du développement clinique, des affaires médicales (Médecins médico marketing, MSL, Pharmacovigilance), des affaires réglementaires et de l'assurance qualité.
Le numerus clausus limite le nombre de personnes formées chaque année. De nombreux spécialistes viennent donc de l'étranger pour assurer ces postes vacants. Les domaines thérapeutiques les plus demandés actuellement sont ceux de l'Onco-hématologie, du Cardiovasculaire, le SNC et l'Immunologie...

mardi 26 octobre 2010

Top 50 des médicaments les plus vendus en France en 2009, à l'hôpital et en officine [Afssaps]

15/10/2010 - Les ventes de médicaments aux officines et aux hôpitaux en France - en 2009

  • Les 50 produits les plus vendus en officine en 2009 :

afssaps Les 50 produits les plus vendus en officine en 2009
cliquer sur l'image pour l'agrandir

(les dix premiers médicaments en valeur : 1- plavix, 2- tahor, 3-seretide, 4-inexium, 5-enbrel, 6-crestor, 7-humira, 8-doliprane, 9-lucentis, 10-symbicort;
les dix premiers en quantité : 1-doliprane, 2-dafalgan, 3-efferalgan, 4-levothyrox, 5-kardegic,6-spasfon, 7-ixprim, 8-voltarene, 9-eludril, 10-tahor)

  • Les cinquante produits les plus vendus aux établissements hospitaliers et aux collectivités en 2009 :

afssaps Les cinquante produits les plus  vendus aux  établissements hospitaliers et aux collectivités en 2009
cliquer sur l'image pour l'agrandir

(les dix premiers : 1-avastin, 2-herceptin, 3-mabthera, 4-remicade, 5-taxotere, 6-tegeline, 7-advate, 8-alimta, 9-erbitux, 10-pandemrix)

lundi 25 octobre 2010

BioSpain 2010 : plus de 1400 participants

Association espagnole des entreprises biotechnologiques (ASEBIO)October 22, 2010 - ASEBIO : 700 sociétés ont envoyé 1400 délégués pour participer à la rencontre BioSpain 2010

  • 21,5% des sociétés présentes étaient issues d’autres pays que l’Espagne
  • Les participants ont assisté à près de 2200 réunions de travail
  • ASEBIO et SODENA sont parvenus à faire de cette rencontre un événement international

MADRID -L'Association espagnole des entreprises biotechnologiques (ASEBIO) et la Société de Développement de Navarre (Sodena), sous l’égide du Gouvernement de Navarre, ont organisé BioSpain 2010 à Pampelune du 29 septembre au 1er octobre, où ils ont accueilli plus de 1400 participants.

«Il est nécessaire de disposer d’une bonne politique en matière de protection des brevets»

BioSpain 2010
Dans le cadre de cet événement, quelque 2200 réunions de travail ont eu lieu via le système de partenariat entre les 700 sociétés présentes, dont 21,5% venaient d’autres pays que l’Espagne. Ce pourcentage correspond aux 150 sociétés et établissements étrangers qui ont décidé de se rendre en Espagne à la recherche de nouvelles opportunités commerciales dans le secteur des biotechnologies. Il s’agit là d’une augmentation de 55% du nombre de participants par rapport à BioSpain 2008. BioSpain devient ainsi le plus important événement dans le domaine de la biotechnologie jamais organisé en Europe méridionale. Parmi les parrains officiels, on trouve des entreprises importantes comme Merck, Zeltia, AB BIOTICS, Genetrix, Genoma España, Caja Navarra et l'Institut Espagnol du Commerce Extérieur (ICEX).

Cette année, BioSpain 2010 comptait 132 stands, soit une hausse de 15% par rapport à la précédente édition. Ces stands étaient occupés par 160 sociétés, dont 24% venaient de l’étranger (38), ce qui souligne la spécificité la plus importante de l’événement : son caractère international. Les principaux pays représentés, selon le nombre de participants, étaient : la France (28 sociétés), le Royaume-Uni (16), les États-Unis (16), l’Allemagne (12), le Canada (6), l’Italie (6), Israël (9), le Portugal (8), la Suisse (4), la Belgique (4), le Danemark (3), et le Mexique (3)... lire tout le communiqué de presse BioSpain - Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence -

vendredi 22 octobre 2010

Présence importante du secteur Biotech/Pharma dans le classement 2010 Deloitte Technology Fast 500

Cette semaine Deloitte a publié son classement « 2010 Technology Fast 500™ », effectué en fonction de la croissance de chiffre d’affaires [pourcentage de hausse des revenus] sur cinq ans, cette année 2005-2009, pour l'Amérique du Nord.
L'activité « logiciel » est le secteur le plus représenté, « biotech/pharma » est second avec 87 laboratoires cités (18% des 500).
Voici la liste :

les quatre vingt sept sociétés biotechnologiques et pharmaceutiques présentes dans le classement Deloitte 2010 Technology Fast 500™
- cliquer sur l'image pour l'agrandir -

1. Affymax, Inc., 2. BioCryst Pharmaceuticals, Inc. , 3. Alexion Pharmaceuticals, 4. Onyx Pharmaceuticals, Inc., 5. CELLDEX THERAPEUTICS, INC., 6. Radient Pharmaceuticals Corporation, 7. Halozyme Therapeutics, 8. Infinity Pharmaceuticals, Inc. , 9. INSMED Incorporated, 10. BioDelivery Sciences International, 11. Spectrum Pharmaceuticals, Inc., 12. Trubion Pharmaceuticals Inc. , 13. PharmAthene, Inc., 14. Keryx Biopharmaceuticals, Inc., 15. Genomic Health, Inc., 16. Ironwood Pharmaceuticals, Inc., 17. GeneLink Biosciences, Inc. , 18. Targacept, Inc., 19. Caraco Pharmaceutical Laboratories Ltd., 20. Cornerstone Therapeutics Inc., 21. Alnylam Pharmaceuticals, Inc., 22. Human Genome Sciences, Inc., 23. Idera Pharmaceuticals, Inc., 24. Depomed Inc, 25. BioMarin Pharmaceutical Inc., 26. Cleveland BioLabs Inc., 27. Osiris Therapeutics, Inc., 28. Acorda Therapeutics, Inc., 29. ISTA Pharmaceuticals, 30. Cytokinetics, Inc. , 31. Sangamo BioSciences, Inc., 32. Clarient, Inc., 33. PTC Therapeutics Inc., 34. XenoPort, Inc. , 35. AMAG Pharmaceuticals, Inc., 36. ARIAD Pharmaceuticals, Inc., 37. NPS Pharmaceuticals, 38. Santarus, Inc., 39. Questcor Pharmaceuticals, Inc., 40. Amylin Pharmaceuticals, Inc., 41. Regeneron Pharmaceuticals, Inc., 42. Seattle Genetics, Inc., 43. XOMA, 44. Progenics Pharmaceuticals, Inc., 45. Celgene Corporation, 46. Cubist Pharmaceuticals, Inc., 47. Myriad Genetics, Inc., 48. Alkermes, 49. Isis Pharmaceuticals, Inc, 50. Alexza Pharmaceuticals, 51. Cumberland Pharmaceuticals Inc., 52. Mylan, 53. Pain Therapeutics, Inc., 54. Oculus Innovative Sciences, 55. Inspire Pharmaceuticals, Inc., 56. GTx, Inc., 57. Penwest Pharmaceuticals Co., 58. Auxilium Pharmaceuticals, Inc. , 59. ArQule, 60. Zalicus Inc., 61. Nutrition 21, Inc., 62. AVI BioPharma, 63. Peregrine Pharmaceuticals, Inc., 64. Pharmasset, Inc., 65. Gilead, 66. VIVUS Inc., 67. Pacific Biomarkers, Inc., 68. AVEO Pharmaceuticals, Inc., 69. Cypress Bioscience, Inc., 70. ZymoGenetics, Inc., [Bristol-Myers Squibb (BMS)] 71. United Therapeutics Corporation, 72. IMPAX Laboratories, Inc., 73. Repligen Corporation, 74. OSI Pharmaceuticals, Inc., 75. Life Technologies Corporation, 76. Medical Nutrition USA, Inc., [Danone] 77. Luminex Corporation, 78. Warner Chilcott, 79. Par Pharmaceutical Companies, Inc., 80. Dynavax Technologies Corporation, 81. The Medicines Company, 82. Lannett Company, Inc., 83. Abraxis BioScience, [Celgene] 84. DUSA Pharmaceuticals, Inc., 85. SciClone Pharmaceuticals, Inc., 86. PDL BioPharma, inc., 87. Maxygen

mercredi 20 octobre 2010

Progressions, Pharma 3.0 : premières observations de l’enquête mondiale d'Ernst & Young sur l'industrie pharmaceutique

Ernst & YoungLes sociétés des technologies de l'information, les grands réseaux de distribution et les sociétés de télécommunications sont devenus des acteurs stratégiques non traditionnels qui entrent dans le paysage de la santé, illustrant les changements rapides dans ce secteur.
Les laboratoires pharmaceutiques recherchent de nouveaux modes de collaboration avec ces professionnels pour améliorer leurs résultats et ceux attendus pour les patients. Toutefois, la plupart des dirigeants interrogés sont hésitants sur la façon dont ils devront gérer ces nouvelles alliances.
Telles sont les premières observations de l’enquête mondiale d'Ernst & Young sur l'industrie pharmaceutique intitulée Progressions, Pharma 3.0.
“Malgré les bouleversements de ces dernières années, les dirigeants comprennent que le paysage est en train de devenir de plus en plus complexe avec l'arrivée des nouveaux entrants, attirés par le secteur en nombre toujours plus grand”, souligne Virginie Lefebvre-Dutilleul, en charge du secteur pharmaceutique en France chez Ernst & Young. “Ceux qui sauront maîtriser ces nouvelles combinaisons gagnantes devront s’associer dans l’intérêt des patients et des consommateurs de plus en plus avertis”
L’étude décrit une transition rapide du modèle dit « Pharma 1.0 » correspondant au modèle d’intégration verticale des blockbusters, au modèle d'entreprise « Pharma 2.0 » d'aujourd'hui. Selon ce modèle d'entreprise, les laboratoires ont diversifié leur portefeuille d'activités (génériques, vaccins, santé animale et produits de consommation) et étendu leurs marchés pour y inclure les pays émergents. Ils ont aussi procédé à un certain nombre de changements dans leur mode de productivité et de performance financière. Ces changements portent notamment sur la recherche de thérapies plus ciblées, l'élargissement de leur portefeuille de produits et de leurs ressources, jusqu'à la mise en place d'unités de R&D plus autonomes et plus souples, le développement de partenariats avec des sociétés de biotechnologie et des universités et l'externalisation de nombreuses fonctions...

Ernst & Young Progressions Pharma 3.0
[...]

...La gestion et l'optimisation d'un réseau toujours plus complexe de partenaires sera aussi une période charnière pour les leaders de l'industrie. Le succès dépendra de leur capacité à s’intégrer à d’autres modèles d'entreprises, mais dépendra aussi de leur facilité à évoluer dans un nouvel environnement Pharma 3.0, dont les défis sont multiples:
  • A l’heure où les patients sont devenus les acteurs de leur santé grâce au dossier médical personnalisé, aux applications pour smartphones et à d'autres technologies, les laboratoires pharmaceutiques restent largement à l'écart de cette révolution, limités par un cadre réglementaire limitant leurs relations avec les patients.
  • Alors que les principaux hôpitaux et les payeurs travaillent sur des corrélations entre les modes de prescription et les résultats pour les patients à partir des dossiers médicaux électroniques, les laboratoires pharmaceutiques ont perdu le contrôle exclusif qu'ils détenaient autrefois sur les données relatives aux résultats, ce qui pose un risque en matière de remboursements et oblige à prendre des décisions stratégiques sur la nécessité éventuelle de nouvelles compétences en matière d'analyse des données...
[...]

...L’enquête met également en lumière les tendances suivantes :
  • 92 % des répondants envisagent de nouveaux entrants dans l'écosystème Pharma 3.0 ; les sociétés de santé électronique (e-health), de santé mobile (m-health) et de nouvelles technologies médicales étant les nouveaux entrants les plus probables.
  • 67 % des répondants se disent mal préparés à l'évaluation et la modélisation des transactions potentielles avec des partenaires non traditionnels... lire tout l'article d'Ernst & Young -

mardi 19 octobre 2010

Résultats de l'enquête Servier – Doctissimo : "Les médicaments, les laboratoires pharmaceutiques et vous"

laboratoire Servier9 septembre 2010 - "Les médicaments, les laboratoires pharmaceutiques et vous", Résultats de l'enquête ServierDoctissimo.

Les médicaments font partie du quotidien, de manière ponctuelle ou continue. Le laboratoire Servier a cherché à connaître la perception et la connaissance des Français sur le secteur du médicament par le biais d'une enquête sur Doctissimo. Voici les principaux résultats :

De l'éprouvette à sa mise sur le marché, le médicament subit un véritable parcours du combattant durant plusieurs années. Jusqu'à son arrivée en pharmacie, des milliers de personnes sont impliquées, dont une grande partie de chercheurs. Découvrez en détail ces étapes par le biais des réponses de nos internautes.

Médicaments : le travail préparatoire sous-estimé

Les personnes interrogées ne connaissent pas vraiment le coût moyen d'élaboration et de fabrication d'un médicament : 20 % ne se prononcent pas et 50 % pensent que cela revient entre 200 et 400 millions d'euros. Seuls 17 % des répondants estiment ce coût moyen à 900 millions d'euros, ce qui est effectivement le coût moyen constaté...

[…]


...Les profits des laboratoires surestimés

Si 4 Français sur 10 savent que leur pays est le plus gros producteur de médicaments d'Europe4 (et non l'Allemagne, choisie par 29 % des répondants, ou encore la Suisse, choisie par 15 %), seuls 5 % estiment correctement les profits des laboratoires pharmaceutiques.

En effet, la rentabilité annuelle moyenne des entreprises du médicament est de 5 à 6 % net chaque année5, et non pas de 13 %, comme l'ont estimé 52 % des internautes, ou de 11 % (25 % des répondants), ni même de 9 % (11 % des répondants). Donc même si ces entreprises font beaucoup de ventes en France et dans le monde, leurs bénéfices annuels, rapportés à leur masse, ne sont pas si faramineux que cela...

[…]

...La recherche privée sur le médicament est mal connue

Un tiers des internautes de Doctissimo seulement savent que l'industrie pharmaceutique est celle qui consacre la part la plus importante de son chiffre d'affaires à la recherche (12,4 % en 2008, selon le ministère de la recherche6). Les autres industries (pétro-chimique, automobile, radio, télévision, communication, optique, etc.) y consacrent en moyenne 4 % de leur chiffre d'affaires, à l'exception de l'industrie de la construction aéronautique et spatiale, qui y consacre 12,1 %, soit quasiment autant que les entreprises du médicament...

[…]

...Les médicaments remboursables plutôt bien perçus

Pour 75 % des répondants, les médicaments remboursables sont de bonne qualité en France. Cependant les internautes de Doctissimo estiment, à 67 %, qu'ils sont vendus trop chers, seuls 17 % pensent qu'ils sont "vendus au juste prix". Pourtant, les médicaments remboursables vendus en France sont à peu près vendus au même prix que dans les autres pays européens...

[…]

...Un besoin persistant d'informations

Si les médicaments sont bien perçus, seuls 21 % des répondants s'estiment vraiment bien informés à leur sujet. 24 % souhaiteraient davantage d'informations, 22 % disent avoir accès à l'information mais ne pas vraiment la comprendre, et 31 % se disent mal informés....

doctissimo
[…]

...En conclusion, les 2000 personnes qui nous ont répondu (dont la moitié prenaient un traitement au long cours) reconnaissent l'importance du secteur du médicament en France, tout en appréciant la qualité des produits remboursables. Par contre, la part importante de travail préparatoire et de la recherche, tant en ressources humaines qu'en part du chiffre d'affaires, sont méconnus, ainsi que le temps et les moyens nécessaires pour proposer de nouveaux médicaments. De même les bénéfices des laboratoires pharmaceutiques sont très surestimés, même si bien sûr ces derniers ne sont pas vraiment à plaindre dans le contexte de crise économique actuelle.

Enfin, malgré les efforts des professionnels de santé, des laboratoires et des medias, dont Doctissimo, le besoin d'information se fait toujours ressentir, en particulier sur les éventuels effets secondaires des médicaments.... lire tout le communiqué sur Doctissimo -

Les questions posées :
  • Selon vous, quelle est la somme d’argent moyenne nécessaire pour élaborer et fabriquer un médicament ?
  • Selon vous, combien faut-il de temps en moyenne pour élaborer et fabriquer un médicament ?
  • Quel est selon vous le délai moyen requis par l’Europe pour la mise sur le marché d’un médicament après la délivrance d’une autorisation européenne ?
  • Selon vous, pour quelle raison principale ce délai est-il augmenté en France ?
  • Selon vous, parmi les pays européens suivants, lequel est le plus gros producteur de médicaments ?
  • D’après vous, quelle est la rentabilité annuelle moyenne des laboratoires pharmaceutiques en France ?
  • Selon vous, l’industrie pharmaceutique emploie directement combien de personnes en France ?
  • L’industrie pharmaceutique emploie 103 000 personnes environ. Selon vous, combien de ces personnes travaillent-elles sur la recherche et développement ?
  • Quelles devraient être selon vous aujourd’hui les priorités des laboratoires pharmaceutiques ?
  • Selon vous, sur l’ensemble des fonds consacrés à la recherche sur le médicament en France, quelle est la part du privé (industrie pharmaceutique) et du public ?
  • Parmi les industries suivantes, laquelle consacre la part la plus importante de son chiffre d’affaires à la recherche ?
  • D’après vous, depuis 15 ans, les effectifs de recherche et développement de l’industrie pharmaceutique ont augmenté en France de :
  • A votre avis, entre 1990 et 2007, les dépenses de recherche et développement ont été multipliées en Europe par :
  • D’une manière générale, vous estimez-vous bien informé(e) sur les médicaments ?
  • D’une manière générale, quelle est votre opinion globale sur le prix des médicaments remboursables vendus en France ?
  • D’une manière générale, quelle est votre opinion globale sur la qualité des médicaments remboursables vendus en France ?
  • En France, que faut-il améliorer selon vous en priorité sur les médicaments remboursables ?
  • Savez-vous qui fixe le prix d’un médicament de prescription remboursable (à 15 %, 35 %, 65 % ou 100 %), commercialisé en France ?

jeudi 14 octobre 2010

ETUDE ALCIMED SUR L'OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE À DOMICILE EN FRANCE : 11 PROPOSITIONS POUR LES POUVOIRS PUBLICS

2 février 2010 - Associés à un comité d’experts et avec le soutien de 3 associations de patients, 6 représentants de l’industrie de la santé ont confié à la société de conseil ALCIMED la réalisation d’une étude visant à faire des propositions aux décideurs politiques pour optimiser la prise en charge à domicile en France et rationaliser les coûts associés.
Cette étude rappelle les enjeux de la prise en charge à domicile en France, puis analyse les freins à son développement pour aboutir à 11 propositions opérationnelles qui entendent s'inscrire dans les dispositions relatives au 5ème risque, à la LFSS de 2010 et à la mise en place des Agences Régionales de Santé (ARS).
Encore peu structurée en France, la prise en charge à domicile est susceptible de toucher plusieurs millions de personnes. Il s’agit de plus d’un secteur en fort développement qui a pesé 29 milliards d’euros pour l’année 2007, soit 28% des dépenses totales allouées par l’Etat aux personnes atteintes de maladies chroniques et des personnes âgées dépendantes (champs de l’étude).

alcimed : Evolution des dépenses prise en charge à domicile
cliquer sur l'image pour l'agrandir

La prise en charge à domicile regroupe 3 types de schémas dont le degré de technicité dépend des soins dispensés : l’hospitalisation à domicile (HAD), les soins à domicile (SAD) et le maintien à domicile (MAD).
Ces différents types de prises en charge à domicile manquent d’un schéma d’organisation et d’application clair, notamment lorsque les personnes concernées requièrent un suivi de longue durée, avec des changements de situation fréquents. Aujourd’hui, la prise en charge à domicile doit impérativement se structurer et faire l’objet d’une réelle volonté politique de développement et d’aménagement, afin d’assurer qualité de soins et efficience économique.
L’étude réalisée par ALCIMED a pour objectif de valoriser la prise en charge à domicile et d’alerter les pouvoirs publics sur les défis à relever dans ce secteur, dont les enjeux sont à la fois d’ordre éthique (offrir une qualité de soins optimale), sociétal (répondre à une demande croissante) et économique (limiter les dépenses de l’Etat).
Les 11 propositions opérationnelles émises par ALCIMED reposent sur 3 leviers : développer la coordination des acteurs du domicile, permettre l’innovation dans la sphère du domicile, et construire un modèle économique pérenne.

Alcimed, OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE À DOMICILE EN FRANCE :11 propositions selon 3 axes : coordination des acteurs, innovation, modèle économique
cliquer sur l'image pour l'agrandir

Propositions pour une coordination des acteurs intervenant au domicile

1/ Affecter un responsable de la coordination pour toute prise en charge à domicile,
2/ Définir des protocoles de prise en charge à domicile,
3/ Diffuser les outils de partage d’information entre les différents acteurs intervenant au domicile,
4/ Mettre en place une Plateforme Régionale du Domicile pour réguler l’offre et la demande

Propositions pour une diffusion d’innovations spécifiques au domicile

5/ Définir des critères d’évaluation pour les innovations du domicile,
6/ Structurer un Pôle Innovation Domicile Régional,
7/ Créer l’Institut National du Domicile,

Propositions pour un modèle économique pérenne

8/ Assurer l’efficience économique de la prise en charge à domicile
9/ Développer un financement pérenne de l’innovation et des expérimentations / Promouvoir les partenariats public-privé pour le domicile
10/ Rationaliser les dépenses associées à la prise en charge à domicile
11/ Définir la répartition des financements entre les différents payeurs... lire tout le PDF du communiqué de presse d'Alcimed -Documents : PDF de l'étude "OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE A DOMICILE EN FRANCE (110 pages) - PDF de la présentation "Optimisation de la prise en charge à domicile en France Quelles propositions ?" (56 pages) -

mercredi 13 octobre 2010

Classement des 20 meilleurs employeurs de l'industrie pharmaceutique et des biotechnologies dans le monde en 2010, selon Science

science magazine les meilleurs employeurs labo pharma et biotech 2010Le magazine Science publie un classement des 20 meilleurs employeurs de l'industrie pharmaceutique et des biotechnologies dans le monde en 2010 :
1- Genentech (South San Francisco, CA), 2- Monsanto Company (Creve Coeur, MO), 3- Vertex Pharmaceuticals Incorporated (Cambridge, MA), 4- Millennium: The Takeda Oncology Company (Cambridge, MA), 5- Roche (Basel, Switzerland), 6- Boehringer Ingelheim (Ingelheim, Germany), 7- Syngenta (Basel, Switzerland), 8- Genzyme Corp. (Cambridge, MA), 9- Merck KGaA/Merck Serono/EMD Serono (Darmstadt, Germany), 10- Amgen (Thousand Oaks, CA), 11- Novartis (Basel, Switzerland), 12- Johnson & Johnson (New Brunswick, NJ), 13- Abbott (Abbot Park, IL), 14- Eli Lilly and Company (Indianapolis, IN), 15- Biogen Idec (Weston, MA), 16- Merck (Whitehouse Station, NJ), 17- Gilead Sciences (Foster City, CA), 18- sanofi-aventis (Paris, France) 19- DuPont (Wilmington, DE), 20- AstraZeneca PLC (London, UK)

classement des 20 meilleurs employeurs laboratoires pharmaceutique et biotechnologique biompedical biopharmaceutique dans le monde en 2010
- cliquer sur l'image pour l'agrandir -


Comparaison des 10 meilleurs employeurs au niveau mondial de l'industrie pharmaceutique et des biotechnologies en 2010 sur les 3 premiers critères :

comparaison des 10 premiers du classement global des employeurs des laboratoires pharma et des biotech sur Loyalty, Innovative leader, and Treats employees with respect
- cliquer sur l'image pour l'agrandir -

mardi 12 octobre 2010

BioPartnering Europe 2010, à Londres, au Royaume-Uni, du 10 au 12 octobre.

BioPartnering EuropeOctober 11, 2010 - Les cadres supérieurs du secteur pharmaceutique présents au congrès BioPartnering Europe proposent des stratégies non conventionnelles pour soutenir les pipelines pharmaceutiques et répondre aux besoins qui existent dans le monde en matière de soins de santé

TVG se réjouit d’accueillir des cadres supérieurs de premier plan des secteurs biotech et pharmaceutique au 18ème congrès annuel BioPartnering Europe™, à Londres, au Royaume-Uni. Dr. Anders Ekblom, vice-président exécutif en développement mondial des médicaments d’AstraZeneca, a ouvert le congrès en prenant la parole au sujet d’un engagement envers l’innovation et de l’approche unique d’AstraZeneca envers les collaborations. Michael S. Johnson, chef des services professionnels de Deloitte Recap LLC, a présenté ses perspectives et une prévision du paysage changeant des structures de marchés et des modèles d’affaires au sein du secteur biotech. Dr. David Nicholson, vice-président directeur en octroi de licence mondial et en gestion du savoir de Merck & Co Inc., a conclu les sessions liminaires de la matinée en fournissant une mise à jour sur la société Merck actuelle et partagé ses perspectives sur la situation actuelle du secteur pharmaceutique et les recherches en cours sur des technologies et des composés innovants.

Technology Vision Group LLC (TVG)
Le congrès BPE 2010, organisé au Queen Elizabeth II Conference Centre à Londres, au Royaume-Uni, du 10 au 12 octobre, a réuni des leaders internationaux des secteurs de la biotechnologie, des produits pharmaceutiques et de la finance avec des délégués de plus de 450 sociétés représentant 30 pays. Le congrès BPE est spécifiquement conçu pour permettre aux délégués de rencontrer en personne des cadres supérieurs de partenariat senior représentant des sociétés biotech et pharmaceutiques de premier plan, leur offrant ainsi des occasions de développer leurs affaires à l’échelle internationale.... lire tout le communiqué de presse sur Business Wire - Programme de BioPartnering Europe 2010 -[Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.]

jeudi 7 octobre 2010

IMS Health : Le marché pharmaceutique mondial approchera $890 mds en 2011 [Reuters]

IMS Health7 octobre (Reuters) - Le chiffre d'affaires de l'industrie pharmaceutique devrait progresser de 5% à 7% en 2011 et s'élever jusqu'à 890 milliards de dollars, dans le sillage d'un marché chinois à très forte croissance, selon une étude d'IMS Health. La prévision de croissance est supérieure à l'augmentation des ventes constatée cette année, entre 4% et 5%, mais la compétition nouvelle de génériques de médicaments phares et la maîtrise des coûts de la santé publique en Europe requièrent de tempérer les perspectives, selon l'IMS Market Prognosis...

[...]

...Les ventes vont suivre des courbes plus ou moins franches selon les pays. Le marché chinois devrait ainsi progresser de 25% à 27% selon IMS et devenir, avec plus de 50 milliards de dollars, le troisième marché pharmaceutique au monde.

Presque tous les groupes du secteur considèrent la Chine comme un pays clé pour leur avenir.

Les Etats-Unis restent de loin le plus gros marché au monde. Les ventes de produits pharmaceutiques devraient y atteindre 320 à 330 milliards de dollars en 2011, en progression de 3% à 5%.

Les cinq plus gros marchés européens - Allemagne, France, Italie, Espagne et Grande-Bretagne - devraient observer une croissance nettement plus molle pour atteindre, à eux cinq, un chiffre d'affaires de 135 à 145 milliards de dollars, alors que leurs gouvernements font pression sur les prix.

Dix-sept pays émergents ont un potentiel de croissance du marché de 15% à 17% selon IMS, et devraient représenter en 2011 un marché global de 170 à 180 milliards de dollars.

Dans plusieurs de ces Etats, l'industrie pharmaceutique bénéficiera d'un accroissement de la dépense publique de santé et d'un financement public et privé plus solide de la santé, ce qui entraîne une demande plus importante et un meilleur accès aux médicaments, relève IMS.

La Chine, le Brésil, l'Inde ou la Russie, les quatre plus grands pays émergents, sont dans ce cas.

L'année 2011 marquera en outre le début de la compétition entre les génériques de deux des best-sellers de la pharmacie: le Lipitor de Pfizer, un produit contre le cholestérol dont le chiffre d'affaires s'élève à 11 milliards de dollars par an, et le Plavix, un anticoagulant qui rapporte neuf milliards de dollars par an à Bristol-Myers Squibb et Sanofi-Aventis... lire tout le communiqué de presse de Reuters - ou le press release original d'IMS Health "IMS Health Forecasts Global Pharmaceutical Market Growth of 5-7 Percent in 2011, Reaching $880 Billion" [en anglais] - écouter le podcast : IMS 2011 Global Pharma Forecast [Murray Aitken,IMS Senior Vice President, en anglais aussi] -

mercredi 6 octobre 2010

BioContact Quebec 2010, symposium sur le partenariat biopharmaceutique, Québec, 6-7 octobre 2010

BioContact QuébecBioContact Québec 2010 est un symposium sur le partenariat biopharmaceutique réunissant plus de 800 participants. BioContact Québec 2010 (Château Frontenac, Québec, 6-7 octobre 2010) offrira une série de quatre sessions de présentation (Bloc I-IV). Plus de 120 compagnies biopharmaceutiques provenant du Canada, des États-Unis, de l'Asie et de l'Europe, présenteront dans différents secteurs d'activités(diagnostique,thérapeutique et services), et disciplines telles que:

  • Cancer
  • Cardiologie
  • Endocrinologie / Métabolisme
  • Génomique / Protéomique
  • Immunologie / Infectiologie
  • Libération contrôlée de médicaments
  • Neurobiologie
  • Services
  • Technologies médicales
  • Virologie
  • Autres
Biopartenariat

BioContact Québec 2010 mettra à la disposition de ses partenaires, ainsi qu'au personnel de direction des sociétés biopharmaceutiques publiques et privées qui présenteront, une série de salons privés pour des rencontres de Biopartenariat. Ces rencontres seront offertes en modules de 30 minutes.

mardi 5 octobre 2010

2ème Journée Parlementaire de la Biotechnologie, à Paris, à l’Assemblée Nationale, le vendredi 8 octobre 2010

September 09, 2010 - La 2ème Journée Parlementaire de la Biotechnologie « Biotech Pharma : Quel cercle vertueux pour le financement de la santé à l’horizon 2020 ? », organisée par Nixon Peabody et Biotech finances se tiendra à Paris, à l’Assemblée Nationale, le vendredi 8 octobre 2010, en partenariat avec Business Wire, leader mondial de la diffusion d’information.

Le Professeur Bernard Debré, Député de Paris, présidera cette Journée qui réunira acteurs de la bioindustrie, biotechnologies et groupes pharmaceutiques, financiers, universitaires, décideurs politiques, représentants des ministères de la Santé et de l’Industrie, des organismes de recherche et de valorisation, cliniciens et associations de patients...

La jeune industrie française des biotechnologies est aujourd’hui l’acteur et l’agent d’une révolution à l’œuvre dans le paysage pharmaceutique français, travaillé en profondeur par des forces de mutations qui redéfinissent non seulement les business modèles de l’industrie mais aussi les grands équilibres des systèmes de santé et de remboursements des soins.

La deuxième édition des Journées Parlementaires de la Biotechnologie entend mesurer l’impact économique, politique et sociétal des fortes mutations en cours dans l’industrie biopharmaceutique au travers de trois tables-rondes réunissant les grands acteurs du secteur pour débattre des questions suivantes :

Comment accélérer en France la grande dynamique public/privé tant espérée pour la consolidation de notre système de santé ?
Quelles valorisations pour les « biotechs », à l'aune des options de financements, des sorties et de l’accès au marché ?
Face à l’innovation thérapeutique, les modèles économiques de santé doivent-ils évoluer vers un modèle de services ?... lire tout le communiqué de presse Business Wire -

extrait du programme de la journée :

La deuxième Journée Parlementaire de la Biotechnologie « Biotech Pharma : Quel cercle vertueux pour le financement de la santé à l’horizon 2020 ? »

...Table Ronde 1 de 9h15 à 10h30 :

Comment accélérer en France la grande dynamique public/privé tant espérée pour la consolidation de notre système de santé ?

Quelles seront les attributions et les capacités d’action des nouvelles organisations IHU – IRT en matière d’interfaçage public – privé ?
Comment interagir demain avec ces nouvelles structures ?
Quels financements seront mis à disposition des entreprises, des laboratoires et des universités en relation avec ces organisations ?
Comment les groupes pharmaceutiques vont-ils s’intégrer dans cette nouvelle approche ?
Quels bénéfices pour les patients ?...

[...]

...Table Ronde 2 de 11h00 à 12h15 :

Quelles valorisations pour les « biotechs », à l'aune des options de financements, des sorties et de l’accès au marché?

Quels sont les challenges de l’industrie européenne des sciences de la vie, et plus particulièrement des biotechs, en matière de financements ?
Notre industrie dispose-t-elle et bénéficie-t-elle des bons outils et relais de croissance sur son marché natif ?
L’accès au marché européen est-il un véritable atout de valorisation ?
Quelle lecture faut-il faire des nouvelles opérations d’acquisitions et de partenariats des « big pharma » en Europe et aux Etats-Unis ?...

[...]

...Table Ronde 3 de 14h00 à 15h15 :

Face à l'innovation thérapeutique, les modèles économiques de santé doivent-ils évoluer vers un modèle de services ?

Quel sera demain le profil du blockbuster : vers la fin du modèle quantitatif ?
Comment continuer à financer l'innovation thérapeutique dans notre système actuel de remboursement ?
Des scenarii alternatifs existent-ils déjà dans les modèles britannique, américain et français ?... Programme du vendredi 8 octobre 2010 -